Retour au sommaire
 
  Recherche
     
  Synergie des Observatoires des Usages Régionaux de l'Internet et des Réseaux | 18 octobre 2017
  Accueil > Etudes > Etudes du réseau > La progression ralentie des internautes en Wallonie repose le problème de la fracture numérique
section
A lire également :

Diagnostic 2012 de la Société de l'Information en Midi-Pyrénées
Diagnostic 2011 de l'Aquitaine numérique
Aquitaine AnalyTIC n°11 : L'appropriation des outils numériques dans le PME en Aquitaine
Baromètre TIC 2012 de la Wallonie
Plus de 5% des ménages belges ne disposent pas du téléphone !
(AWT - 31/10/2003)
La famille et les nouveaux outils de communication en Alsace
(Le site de l'UDAF - 8/09/2003)
 
info@sourir.org

La progression ralentie des internautes en Wallonie repose le problème de la fracture numérique

(André Delacharlerie - AWT , 6 mai 2005)

La livraison des résultats relatifs à 2004 de l'enquête annuelle de l'Agence wallonne des Télécommunications sur les usages des TIC par les particuliers et les ménages montre une nette intensification de ces usages bien que le nombre d'internautes et celui des équipements évoluent plus modestement.

Avec une hausse de 1% seulement dans l'équipement des ménages en ordinateur, passant ainsi à 55%, on semble s'engager dans un palier au niveau de l'équipement, qui est confirmé par une hausse tout aussi modeste du nombre de ménages connectés à Internet qui passe lui de 38 à 40%.

Ces chiffres masquent cependant une évolution plus forte qui concerne la nature et la qualité des équipements. Ainsi, ce sont 12% des ménages qui disposent d'un ordinateur portable et 25% ont au moins deux ordinateurs. Côté connexion internet au domicile, le haut-débit s'impose à présent en maître avec 81% des connexions dont 10% via le cable de télédistribution et le reste via ADSL.

On voit du reste la diffusion des lecteurs DVD de salon et des installations home-cinéma s'envoler avec 70% des ménages équipés et de même pour les appareils photo numériques qui se sont implantés dans 39% des ménages.

L'évolution du nombre des Internautes, quel que soit le lieu d'où ils accèdent au réseau, a été de 3%, passant ainsi de 51 à 54% en comptant tous les wallons qui ont utilisé Internet au moins une fois dans l'année. Sur base d'une utilisation au moins mensuelle, le taux s'élève encore à 49% (+ 5%) et même à 43% (+ 5%) pour une utilisation au moins hebdomadaire. Les enfants ne sont pas en reste puisque 84% des 11-14 ans sont déjà internautes. C'est par contre, comme par le passé, dans les tranches d'âges les plus élevées que l'on note les plus faibles taux d'usage, ainsi que chez les personnes ayant le plus faible niveau d'éducation. L'inégalité des sexes devant Internet reste marquée avec 64% d'hommes internautes pour seulement 46% de femmes.

A nouveau, ces chiffres masquent une dynamique interne très importante qui voit les usages se diversifier et se renforcer.

Ainsi, ce sont aujourd'hui :

  • 43% des Wallons qui communiquent par e-mail (+ 6%),
  • 25% qui utilisent les applications bancaires et financières (+ 7%),
  • 24% qui exploitent les sites web des administrations (+ 5%),
  • 17% qui ont acheté en ligne au cours de l'année (+ 5%).

De plus, on note également que la fréquence d'usage de ces services va systématiquement en grandissant.

Aussi, ces chiffres amènent à poser plus clairement le problème de la fracture numérique. En effet, on vient de montrer que la population se divise plus nettement que par le passé en une (bonne) moitié des Wallons qui utilisent Internet de façon assez régulière et diversifiée et une seconde (petite) moitié de la population qui se montre très peu sensible aux technologies TIC et à Internet en particulier. Ainsi, 71% des non-internautes, soit 31% de la population totale disent qu'ils n'envisagent "probablement jamais" d'utiliser Internet !

Or, qu'on le souhaite ou non, la société dans laquelle nous évoluons se trouve chaque jour plus dépendante des technologies de l'information. L'AWT profite donc de la publication des résultats de l'enquête 2004 pour sensibiliser plus fortement les pouvoirs publics à la problématique de la fracture numérique et à rechercher les mesures permettant de favoriser la diffusion de l'ordinateur dans les ménages, mais aussi de sensibiliser et de former les publics les plus défavorisés (en particulier les aînés) aux apports qu'ils pourraient tirer de ces technologies.

Accéder à l'étude complète


 

© Sourir.org - Notice légale - Site réalisé avec SPIP